top of page
Rechercher

Greenpeace Luxembourg porte plainte contre les investissements non durables du Fonds de compensation (FDC)

Luxembourg, 11 mars 2024 – Greenpeace Luxembourg, membre de l’Initiative pour un devoir de vigilance, a porté plainte auprès du Point de contact national de l’OCDE au Luxembourg contre le Fonds de Compensation de la Sécurité sociale SICAV FIS (FDC SICAV) pour non-respect des Principes directeurs de l’OCDE pour une conduite responsable des entreprises. Selon l’ONG, les activités d’investissement de FDC SICAV ne respectent pas les recommandations en matière de divulgation d’informations, environnement, droits humains et intérêts des consommateurs et consommatrices. 


Greenpeace Luxembourg demande que le FDC mette en place une stratégie d’investissement durable conforme aux Principes directeurs. En outre, le fonds doit faire preuve de diligence raisonnable en matière de droits humains et d’environnement afin d’aborder les impacts négatifs liés à ses investissements et mettre en place un mécanisme de réclamation permettant aux parties prenantes de signaler des problèmes de durabilité.


« Les entreprises publiques telles que les fonds de pension souverains doivent donner l’exemple et respecter les engagements internationaux pris par les États qui les détiennent. En adoptant des stratégies conformes aux normes climatiques et sociales, ces institutions peuvent mener la transition vers un secteur financier plus responsable et plus vert », explique Martina Holbach, chargée de campagne à Greenpeace Luxembourg.


Dans le cadre des Principes de l’OCDE, les gouvernements attendent des investisseurs institutionnels, tels le FDC, qu’ils identifient et prennent en compte les risques climatiques et en matière de droits humains dans leurs chaînes de valeur, tout au long des processus d’investissement et qu’ils utilisent leur effet de levier afin de prévenir ou atténuer les effets négatifs identifiés dans le cadre de cette démarche. 


En février 2023, le FDC a publié une nouvelle directive décrivant sa stratégie d’investissement pour les années 2023-2027. Bien que le Fonds ait fait quelques progrès mineurs dans sa politique en matière de durabilité, des recherches récentes de Greenpeace Luxembourg révèlent que la stratégie elle-même et sa mise en œuvre ne respectent pas les normes établies par les Principes de l’OCDE sur la conduite responsable des entreprises. 


Selon le nouveau rapport de Greenpeace Luxembourg, Fonds de Compensation’s Unsustainable Investor Factsheet, le FDC investit dans plus de 1200 entreprises exclues par d’autres investisseurs institutionnels, en raison de leurs impacts négatifs sur la société et l’environnement, y compris pour leur contribution au réchauffement climatique, leur participation à de nombreux dommages environnementaux, leur responsabilité dans des violations de droits humains ou encore leur implication dans des armes controversées.


Ces entreprises représentent une valeur d’investissement totale de plus de 4,5 milliards d’euros, soit 36 % du portefeuille d’actions et d’obligations d’entreprises du Fonds et 20,6 % du portefeuille total.


Greenpeace Luxembourg a également examiné les investissements de la SICAV en utilisant la Global Coal Exit List et la Global Oil and Gas Exit List de l’organisation Urgewald. L’étude montre que le FDC investit dans des entreprises de premier plan actives dans les secteurs du charbon, du pétrole et du gaz, qui devraient être exclues de ses portefeuilles d’investissement. Actuellement, le FDC n’exclut aucune entreprise pour des raisons climatiques.


Depuis 2015, Greenpeace n’a cessé de plaider en faveur d’une stratégie d’investissement ambitieuse et durable pour le FDC, en proposant des analyses complètes et des conseils d’experts sur les investissements du Fonds et ses stratégies d’investissement. Pour l’heure, ces recommandations ont été largement ignorées.


« Un engagement constructif avec les parties prenantes est essentiel pour les entreprises qui s’engagent à adopter une conduite responsable. Nous espérons que cette plainte contribuera à rétablir les bases d’un dialogue continu entre le Fonds et les organisations de la société civile », conclut Martina Holbach.


La plainte et le rapport sont disponibles sur le site www.greenpeace.org/luxembourg

22 vues0 commentaire

Comments


bottom of page